Votre nom :
Votre e-mail :
E-mail destinataire :

Lettre des réseaux de chercheurs et des collectifs sur les cultures, les didactiques, les langues et les littératures

Éditorial

Modifier le texte

De l’Assemblée générale (mai 2009) à la présentation de la programmation quadriennale de l’AUF aux instances de la Francophonie (décembre 2009) qui décrit et détermine notre activité en 2010-2013, en passant par la réunion du comité de coordination et de suivi (octobre 2009), nous aurons vu s’élaborer un large processus de réflexion, mené sous l’impulsion du recteur Bernard Cerquiglini à la demande des membres de l’association, de son exécutif et de ses instances scientifiques, associatives et administratives, et de ses bailleurs de fonds.

La nouvelle programmation, qui est par ailleurs l’aboutissement d’une longue évolution dont nous avons décrit les étapes dans les numéros antérieurs de cette Lettre, repose sur une logique régionale et sur une logique de projets.

La logique régionale, visant à mieux intégrer la recherche et la formation aux besoins qui s’expriment sur le terrain, amènera les chercheurs à proposer des projets plus conformes aux politiques régionales, et à se rapprocher de nos bureaux. C’est pourquoi nous présentons d’emblée, comme dans le numéro précédent, le Point de vue d’un directeur régional : celui du Bureau Afrique de l’Ouest, Émile Tanawa. En s’associant au programme lancé à l’initiative de la France, l’AUF inscrira les projets liés à ce continent dans le cadre de « 2010 année de l’Afrique ».

Au lieu de se fonder sur la distinction entre « réseaux de chercheurs » et « autres actions du programme », il s’agira de mettre en œuvre des projets capables de mobiliser, sur une durée plus longue, les différents outils de l’AUF. Comme l’écrit le recteur Bernard Cerquiglini, « le programme Langue française, diversité culturelle et linguistique, avec mon appui, a engagé une réflexion de fond pour redéfinir son périmètre et donner à la vie littéraire des pays francophones, au regard critique que portent les universitaires sur les œuvres et sur les auteurs, et au rôle de la littérature dans la formation du citoyen, la place qui leur revient aux côtés des études sur les langues, les cultures et la didactique ». Ce nouveau périmètre s’organise autour de quatre « pôles », si l’on entend par là la force d’attraction qui attire les chercheurs de la communauté scientifique francophone soit principalement vers les langues, soit vers les cultures, soit vers la littérature ou la didactique, sans qu’il y ait d’exclusive ou de séparation : souvent engagées dans une approche pluridisciplinaire, la plupart des actions du programme concernent maintenant plusieurs réseaux. C’est pourquoi la notion de collectif de recherche s’est trouvée enrichie et confirmée, notamment par la constitution du collectif Littératures et le renforcement du collectif Didactiques.

Ainsi s’expliquent les modifications apparentes de cette Lettre, qui reflète toujours fidèlement l’activité de l’AUF dans le domaine des cultures, des didactiques, des langues et des littératures, en donnant à la fois des informations scientifiques et des informations institutionnelles. On y retrouvera les rubriques habituelles, sous des titres légèrement différents : la présentation des chercheurs du programme et des réseaux d’établissements, le bilan de l’activité au cours du dernier semestre – les comptes rendus approfondis des rencontres scientifiques et institutionnelles, des actions bénéficiant d’un appui à la recherche ou d’un appui à l’enseignement/apprentissage du français, des dernières publications – et, dans l’agenda, l’annonce des manifestations à venir.

La réorganisation profonde des structures de l’AUF, qui résultera de la réflexion en cours, pourrait conduire, l’an prochain, à une nouvelle formule de cette Lettre d’information, qui paraît donc sous cette forme pour la dernière fois.

J’ai de nouveau le plaisir de remercier tout particulièrement, outre les coordonnateurs des réseaux de chercheurs et les présidents des réseaux institutionnels – premiers artisans de cette Lettre (Pascal Guénée, George Lang, Pierre Martinez, André Thibault, Marc Van Campenhoudt, Patrick Vauday) –, les chercheurs qui, en apportant leur contribution critique à ce numéro, lui donnent sa dimension scientifique et assurent une constante évaluation des activités réalisées dans ce cadre : Marie-Rose Abomo Maurin, Krzysztof Bogacky, Souleymane Bachir Diagne, Pierre Dumont, Laurent Gajo, Evelyne Grossman, Nathalie Lemaire, Teresa Lino, Mathieu Mangeot-Nagata, François Maniez, Abdelouahad Mabrour, Paul Muraille, Gérard Petit, Patrice Pognan, Claire Riffard, Mayssa Sioufi, Miloud Taifi, Dardo de Vecchi.

Marc Cheymol
Directeur
Langue française, diversité culturelle et linguistique